Boardroom

Rapport 2015 sur les priorités en matière de santé mentale au travail

Découvrez ce que les employeurs, les employés et les médecins pensent de la santé mentale au travail.

Salle des médias

Vous êtes ici

Communiqués de presse

La santé mentale demeure faible malgré la reprise des activités

L'Indice de santé mentaleMC de Morneau Shepell indique une hausse du sentiment d'isolement depuis le mois précédent, alors que la santé mentale de ceux qui ont perdu leur emploi est légèrement meilleure que ceux qui ont subi une baisse de salaire

TORONTO, le 1er juin 2020 /CNW/ - Morneau Shepell, un grand fournisseur de services de mieux-être global, de santé mentale et de santé mentale numérique au Canada, vient de publier son deuxième rapport mensuel sur l'Indice de santé mentaleMC, révélant un résultat négatif en matière de santé mentale pour l'ensemble du pays. En effet, les résultats indiquent que la COVID-19 continue d'exercer un effet négatif sur le mieux-être mental, malgré un ralentissement des infections, et que la plupart des provinces reprennent graduellement leurs activités.

L'Indice de santé mentaleMC montre une une chute de 12 points par rapport au score antérieur à la pandémie, qui s'établissait à 75. Même si le score global de ce mois-ci est identique à celui du mois dernier, les scores secondaires indiquent une légère amélioration du score relatif à l'anxiété, mais une augmentation plus marquée du sentiment d'isolement. Au cours du mois précédent, les principaux facteurs qui ont entraîné l'affaiblissement de la santé mentale sont l'anxiété (-14 points), suivi de la dépression (-13,9), de la productivité au travail (-13,5), de l'optimisme (‑12,3) et de l'isolement (-11,9). Il s'agit donc du deuxième mois consécutif où nous constatons une augmentation du stress mental chez les Canadiens par rapport au mois précédent. Le maintien d'un faible Indice de santé mentaleMC, associé à une augmentation du stress mental d'un mois à l'autre, soulève des préoccupations quant aux répercussions potentielles à plus long terme de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale des Canadiens.

À l'échelle nationale, nous observons de légères améliorations de l'Indice de santé mentaleMC en Alberta, au Manitoba, à Terre-Neuve-et-Labrador, dans les Maritimes et en Saskatchewan, alors que la Colombie‑Britannique, le Québec et l'Ontario ont enregistré un recul. En matière de stress, c'est la Colombie‑Britannique qui a connu la plus forte augmentation par rapport au mois précédent, alors que les plus faibles hausses ont été constatées au Manitoba et en Saskatchewan.

« Alors que nous entamons le troisième mois depuis que l'OMS a déclaré que la COVID-19 est une pandémie mondiale, il subsiste de nombreuses questions entourant la reprise de l'économie et ce que signifie la levée des interdictions pour les Canadiens, explique Stephen Liptrap, président et chef de la direction. La mise en péril continue de la santé mentale et du mieux-être des Canadians nous montre qu'il y a encore beaucoup d'efforts à déployer pour atténuer la dimension critique de cette crise de santé publique. Alors que nous commençons à voir la fin des mesures de confinement strictes, nous devons demeurer vigilants quant au soutien en santé mentale et ne pas perdre de vue cet enjeu. »

La tendance relevée en avril est demeurée la même; à savoir que les personnes qui se définissent comme une femme sont plus susceptibles de signaler une incidence négative de la pandémie sur leur santé mentale, avec un score moyen de -13,9 points (par rapport à -9,2 points observés chez les sujets masculins). D'autres populations présentant des risques accrus comprennent les personnes de 20 à 29 ans, et celles aux revenus les plus faibles (moins de 30 000 $ par année). Dans les ménages comptant un enfant, le score à l'Indice de santé mentaleMC est de -13,7 points, et de ‑9,2 points dans les ménages comptant trois enfants ou plus. En comparaison, les ménages ne comptant aucun enfant ont obtenu un résultat de ‑10,7 points. Quant aux personnes qui ont accès à un programme d'aide aux employés, soit directement ou par l'entremise de leur partenaire, les répondants ont rapporté une meilleure santé mentale (‑10,7 points) par rapport à celles qui ne bénéficiaient pas de ce service (‑12,4).

Le maintien de l'emploi ne préserve pas la santé mentale dans le cas d'une diminution de salaire
Soixante et un pour cent des Canadiens ont déclaré avoir conservé leur emploi au même salaire. Vingt‑huit pour cent des Canadiens ont indiqué avoir subi une réduction des heures travaillées ou de salaire. En revanche, ceux dont le salaire est resté le même ont obtenu le meilleur score en santé mentale (-9,4 points). Le pire résultat (-15,4 points) a été observé chez les personnes qui ont connu une baisse de salaire, même si elles ont gardé leur emploi.

Du point de vue des secteurs d'activité, le personnel des soins de santé s'en tire un peu mieux que la population en général sur le plan de la santé mentale (respectivement -11 points par rapport à ‑12). Bien que la présence d'agents stressants dans ce secteur soit incontestable, le soutien et la reconnaissance manifestés par le grand public peuvent exercer un effet bénéfique sur les travailleurs du domaine de la santé.

« Notre Indice de santé mentaleMC montre que les Canadiens ont du mal à s'adapter aux changements qui concernent leur façon de socialiser, de travailler et de maintenir leur santé et leur mieux-être globaux, souligne Paula Allen, première vice-présidente, Recherche, analytique et innovation. Nous voyons également que certains facteurs ont une incidence notable : la perte de salaire même en conservant un emploi, le soutien et la reconnaissance liés au travail et les risques auxquels on doit faire face, et si l'organisation possède un PAE. Nous devons continuer à suivre de près l'évolution de cette situation. En portant une plus grande attention à la santé mentale et en offrant plus de soutien, nous espérons voir une amélioration de cet état général alarmant. »

À propos de l'Indice de santé mentaleMC
Cette enquête mensuelle de Morneau Shepell a été menée au moyen d'un sondage en ligne en anglais et en français du 30 avril au 11 mai 2020, auprès de 3 000 répondants au Canada. Tous les répondants résident au Canada et étaient employés au cours des six mois précédents. Les données ont été pondérées statistiquement pour assurer que la composition régionale et hommes-femmes de l'échantillon est représentative de cette population. La marge d'erreur de cette enquête est de plus ou moins 3,2 %, 19 fois sur 20. L'Indice de santé mentaleMC est publié une fois par mois depuis le mois d'avril 2020, et compare les scores obtenus aux données de référence recueillies en 2017, 2018 et 2019. Vous pouvez consulter le rapport complet pour le Canada à https://www.morneaushepell.com/permafiles/92591/indice-de-sante-mentale-national-canada-mai-2020.pdf.

À propos de Morneau Shepell
Morneau Shepell est un grand fournisseur de services de gestion des ressources humaines axés sur la technologie, qui adopte une approche intégrée du mieux-être des employés grâce à sa plateforme infonuagique. Nous cherchons à offrir à nos clients des solutions de calibre mondial afin de favoriser le mieux-être mental, physique, social et financier de leurs employés. En veillant au mieux-être des gens, nous contribuons au succès des entreprises. Nos services portent sur l'aide aux employés et à la famille, la santé et le mieux-être, la reconnaissance, l'administration des régimes de retraite et d'assurance collective, les services-conseils en régimes de retraite ainsi que les services en actuariat et en placements. Morneau Shepell compte environ 6 000 employés qui travaillent avec près de 24 000 organisations clientes, lesquelles utilisent nos services dans 162 pays. Morneau Shepell inc. est une société cotée à la Bourse de Toronto (TSX : MSI). Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site morneaushepell.com.

SOURCE Morneau Shepell Inc.

Pour plus de renseignements: Personne-ressource : Josée St-Pierre, Morneau Shepell, media@morneaushepell.com, 855 622-3327; Catherine Snider, Kaiser Lachance Communications, Catherine.snider@kaiserlachance.com, 416 419-8333